Les animaux australiens

Les animaux australiens

Sommaire :
1. Les koalas
2. Les requins
3. Les kangourous
4. Les dingos
5. Autres animaux australiens

 

L’Australie est réputée pour abriter quelques unes des créatures les plus dangereuses de la planète, mais également certains des animaux les plus attendrissants et les plus rares au monde. La faune occupe une place si importante en Australie que ce sont kangourous, koala, émeus et échidnés et autres espèces endémiques que l’on trouve représentés sur les pièces de monnaie australiennes.

Voici quelques unes des créatures les plus typiques de l’Australie que vous pourriez rencontrer pendant votre séjour :

1. Le koala

Koala Australie

Le koala, adorable boule de poil grise, est un des symboles de l’Australie. Découvrez tout ce qui fait le charme de cet animal paresseux mais indissociable de l’image de l’Australie !

Le koala est souvent pris pour un petit ours, alors qu’il n’a strictement rien à voir avec un ours. Il fait partie de la famille des marsupiaux, ce qui signifie que, comme le kangourou, la maman koala transporte son petit dans un poche sur son ventre. La forme du corps des koalas leur confère une grande stabilité dans les arbres où ils vivent.

Les koalas ne sont pas les mêmes selon leur région d’habitation. Ils vivent exclusivement en Australie, près de la côte entre le Queensland et le Victoria. Leur fourrure est par exemple plus épaisse au sud, où les hivers sont plus rudes.

Cet animal a un métabolisme extrêmement lent, puisqu’il dort 18 à 20h par jour! Son alimentation ne lui permet pas d’avoir suffisamment d’énergie pour avoir une activité plus intense.

C’est également un animal solitaire : un arbre d’eucalyptus abrite un seul koala. Sa population est donc très dispersée.

Il se réveille généralement pendant la nuit et a la capacité de très bien nager donc s’échapper de zones inondées. Son cri ressemblerait au son que fait une scie…

Nourriture du koala

Le koala se nourrit exclusivement de feuilles d’eucalyptus. En fait, son régime est même encore plus précis : il existe 600 espèces d’eucalyptus, mais seule une cinquantaine conviennent aux koalas, et ils en privilégient une dizaine ! L’eucalyptus est un poison pour la plupart des animaux, mais c’est justement le métabolisme très lent des koalas qui leur permet de tirer de l’eucalyptus ce dont ils ont besoin. Les koalas mangent tant d’eucalyptus (jusqu’à 1kg par jour) qu’ils en ont même l’odeur, et c’est d’ailleurs autant leur nourriture que leur habitat !

Cette alimentation leur apporte 90% de l’hydratation dont ils ont besoin. Ils boivent donc extrêmement peu, et le nom de koala vient d’ailleurs d’un dialecte aborigène et signifie « ne boit pas » ou « sans eau » !

Néanmoins en période de sécheresse le koala a besoin de boire de l’eau. Ces dernières années, on a même vu des koalas en liberté «réclamer» de l’eau à des humains ou venir boire près des habitations !

Koalas menacés

Au début du XXe siècle, les koalas ont été en danger de disparition, car on les chassait pour leur fourrure. Aujourd’hui les koalas sont à nouveau une espèce menacée : on estime que leur nombre a diminué de 90% en 10 ans ! Cette extinction a plusieurs causes : des mutations génétiques dues à un taux élevé de reproduction consanguine, des maladies nuisant à la fertilité des femelles koalas, mais aussi la destruction de leur milieu, à savoir les forêts d’eucalyptus. Ces forêts disparaissent du fait de l’urbanisation et de la construction de routes (les koalas sont désormais une espèce protégée, mais leur habitat ne l’est pas.. !), mais aussi à cause des sécheresses des dernières années qui ont provoquées des incendies ravageurs.

Un koala rescapé de l’un de ces incendies est devenue une véritable célébrité en Australie : il s’agit de Sam le koala, recueilli avec son compagnon Bob. Son sort a touché des millions de personnes. L’animal avait survécu malgré ses brûlures, mais est aujourd’hui malheureusement décédé.

2. Les requins

Requin animaux australie

Juste après le mythe des surfeurs, celui des requins est le sujet de conversation le plus commun lorsque vous parlez de l’Australie. Il faut dire que les attaques de requins qui ont lieu en Australie sont fortement médiatisées en France, bien plus que celles qui ont lieu à la Réunion par exemple (au moins une par an).

Avec le succès de films comme “Les Dents de la Mer”, qui, soit dit en passant, ne se déroule pas en Australie, la peur du requin s’est installée dans notre subconscient. Et comme “qui dit Australie dit Surfeur, et que qui dit Surfeur dit Requin (c’est bien connu que le régime alimentaire des requins est à base de surfeurs), alors qui dit Australie dit Requin !” Donc si tu vas en Australie, attention aux requins !

Refermons la parenthèse psychologique sur la peur du requin, car il serait dommage que vous succombiez à la psychose générale fondée sur des idées reçues ou des faits divers extraordinaires, vous passeriez à côté de plaisirs les plus répandus en Australie comme la baignade, le surf, le kayak de mer, la plongée, le kite-surf, et tous les autres plaisirs aquatiques. Petite anecdote : vous avez plus de chance de vous faire attaquer par un crocodile que par un requin !

Un bon moyen de vaincre votre peur des requins est d’en savoir plus sur ce seigneur des océans qui est le garant de notre écosystème depuis des milliers d’années. Nous vous conseillons l’excellent documentaire “Shark Water” de Rob Stewart dont voici la bande-annonce:

Les attaques de requins en Australie

Elles sont très rares, mais elles existent. Ce sont généralement les surfeurs qui en font les frais lorsqu’ils sont loin des côtes.

Une des dernières attaques qui a eu lieu à Sydney a été fortement médiatisée du fait de plusieurs facteurs : 1. le surfeur a survécu ; 2. les plus grands chercheurs se sont penchés sur la greffe de sa main ; 3. l’attaque a eu lieu à la plage mythique de Bondi Beach…

Parmi les statistiques récentes sur les attaques de requins dans le monde, nous citerons des chiffres de 2004 publiés par The Australian dans son article : “Australia tops world in fatal shark attack”. Sur 71 attaques de requins dans le monde entier, seulement 8 étaient mortelles (3 morts en Australie, 2 aux Etats-Unis, 1 au Brésil, 1 en Egypte et 1 en Afrique du Sud). Le pays enregistrant le plus d’attaques de requins cette année-là était les Etats-Unis avec 30 attaques, soit la moitié des attaques enregistrées dans le monde en 2004. Puis venaient les attaques de requins en Australie, au nombre de 12.

Le risque d’attaque de requin est donc réel, mais la mortalité due aux requins est à ranger dans la même catégorie que la foudre, et demeure bien moins courante dans le monde que celle due aux chutes de noix de coco…

Les alertes au requin

Si vous vous baignez sur une plage surveillée par les Life Savers (garde-côtes), restez bien entre les drapeaux, car ceux-ci surveillent la zone baigneur et au moindre doute, ils déclencheront une sirène synonyme de présomption de présence de requins.

Aussi si vous apercevez des hélicoptères au dessus des plages de Sydney en période estivale, ne vous étonnez pas, ceux-ci font le tour des côtes pour vérifier qu’il n’ y a rien de louche dans les zones pourtant protégées par les filets à requin.

En effet, ces filets ne sont pas des plus efficaces : 40% des requins pris dans les filets de protection reviennent de la zone baigneurs …

Ci-dessous un épisode de Bondi Rescue (l’ “Alerte à Malibu” australien), émission de télé-réalité sur les Life Savers de Bondi Beach, qui traite de l’alarme à requin et du processus de prévention des attaques de requin en Australie:

Il existe plusieurs règles de précaution que vous pouvez appliquer pour encore minimiser vos chances de faire partie de la douzaine d’ “élus” par an à se faire attaquer par un requin :

  • Evitez de surfer à l’aube, au crépuscule ou la nuit, car c’est à ce moment que les requins chassent.
  • Evitez de vous baigner ou de surfer seul au large, loin de toute assistance, car les requins attaquent plutôt des proies isolées qu’un groupe.
  • Evitez de surfer à proximité des ports ou dans des ravines après de fortes pluies, car les requins peuvent être attirés par les eaux polluées et troubles.
  • Ne vous mettez pas à l’eau à proximité de pêcheurs qui utiliseraient des appâts pour pêcher des requins.
  • Ne restez pas à l’eau en cas de saignements, car le sang attire les requins.
  • Quand vous vous mettez à l’eau, évitez les couleurs flashy (planche, combinaison) et les bijoux brillants, car les requins sont attirés par tout ce qui brille dans l’eau et qui peut leur rappeler certaines proies de votre taille.

3. Le kangourou

Kagourous Animaux Australie

Comment parler de l’Australie sans évoquer les Kangourous ? Cet animal bondissant a de quoi fasciner petits et grands, d’autant plus qu’on ne le trouve justement qu’en Australie (et en Nouvelle-Guinée pour le kangourou arboricole). En réalité, le nom de kangourou recouvre une réalité très diverse : au sens strict il désigne quatre espèces différentes, mais lorsque l’on parle de kangourou on désigne en fait le plus souvent plus de 60 espèces différentes (dont, entre autres, les wallabys, qui sont des kangourous de petite taille).

Le kangourou est un marsupial de la famille des macropodidés (macropode signifie «grand pied»!). Il na pas vraiment de cri propre mais peut émettre divers sons allant du grognement au souffle en passant par le claquement de langue. Pour prévenir leurs congénères d’un danger, les kangourous frappent le sol avec leurs pattes.

Les kangourous sont herbivores et se nourrissent donc d’herbe, de feuilles et de jeunes pousses. Certaines espèces sont néanmoins insectivores.

L’Australie compte plusieurs dizaines de millions de kangourous. Ils sont loins d’être en voie de disparition et sont d’ailleurs chassés pour leur viande. Les kangourous se déplacent en faisant des bonds, dont la taille est variable selon les espèces. Les grands kangourous peuvent, en cas de danger, faire des bonds de 3 mètres de hauteur et 13 mètres de long, et atteindre les 70 km/h ! Les kangourous n’ont pas vraiment de prédateur, mais les plus faibles sont parfois des proies pour les dingos ou les chiens.

Le saviez-vous ? Lorsque les colons sont arrivés en Australie, intrigués par ces bestioles curieuses, ils demandèrent aux Aborigènes comment s’appelaient ces animaux. Les Aborigènes répondirent « kangaroo », ce qui signifie en réalité « je ne comprends pas votre question » !

Reproduction, gestation, naissance et premiers mois du kangourou

A la naissance, le bébé kangourou mesure 2 cm ! Comme tous les marsupiaux, les kangourous donnent naissance à un embryon. La gestation dure de 29 à 38 jours selon les espèces. Le nouveau-né se dirige vers la poche de sa mère en rampant sur sa fourrure, sa mère l’aidant en lui traçant le chemin avec sa salive.

Puis il s’accroche à la tétine dans la poche de sa mère à laquelle il restera accroché pendant 70 jours. La poche de la mère kangourou contient 4 mamelles : deux contiennent du lait pour nouveau-né, et les deux autres seront pour le bébé un peu plus âgé. Généralement, un nouveau bébé arrive alors que son aîné n’est pas encore sorti de la poche de sa mère. Il sort pour la première fois sa tête aux alentours de 5 mois, et tète sa mère jusqu’à l’âge de un an. Il deviendra adulte vers 18 mois et atteindra sa maturité sexuelle entre 14 et 24 mois (ces chiffres sont, là encore, variables selon les espèces). Le mâle féconde en moyenne 20 femelles, et doit généralement se battre avec d’autres prétendants pour y parvenir.

Le kangourou est capable de supporter des sécheresses extrêmes, mais la femelle devient automatiquement stérile en période de grande sécheresse.

Où voir des kangourous ?

Si vous vous éloignez des villes, vous devriez apercevoir rapidement des kangourous. Les panneaux jaunes signalant la présence de kangourous ne sont pas une légende ! Vous pouvez en particulier vous rendre sur Kangaroo Island, au sud d’Adélaïde, pour voir non seulement des kangourous en liberté, mais également d’autres représentants de la faune australienne.En ville, vous pouvez vous rendre dans des parcs animaliers ou zoos pour avoir la chance d’approcher un kangourou, une expérience à ne pas manquer lorsque vous êtes Down Under !

4. Le dingo

Dingo animaux Australie

Les dingos, chiens sauvages qui pullulent dans certaines régions de l’Australie, nourrissent terreurs et fantasmes. Beaucoup de rumeurs circulent à leur sujet, mais peu de gens connaissent véritablement les caractéristiques de cet animal.

Le nom de « dingo » dérive de l’appellation donnée par les aborigènes Eora, habitants de la région de Sydney. On les appelle aussi « warrigal », nom qui provient également de l’une des nombreuses langues aborigènes.

Ces célèbres chiens sauvages qui arpentent l’Outback australien ne sont en fait pas originaires d’Australie.Ils viennent d’Asie du Sud-Est, où ils sont présents encore aujourd’hui, et ont probablement été introduits en Océanie par l’homme. Il s’agit en réalité de chiens retournés à l’état sauvage : ils ne forment donc pas une espèce à part entière, mais une sous-espèce. Le débat sur la parenté entre chiens et loups n’étant pas clos, celui sur la position du dingo par rapport à ces derniers ne l’est pas non plus.

La plupart des dingos sont aujourd’hui des « bâtards », ayant été croisés avec d’autres races de chiens au fil des générations. Ils sont par conséquent considérés comme une espèce menacée. C’est sur Fraser Island que l’on trouve les dingos les plus « purs ». Les chiens ne sont pas autorisés sur l’île.

Ils présentent de nombreux points communs avec leurs cousins les loups, et sont en particulier d’excellents chasseurs. Ils se nourrissent de proies très variées, des insectes au dromadaires en passant par les wallabies, la taille des proies variant selon qu’ils chassent seuls ou en bande. Il arrive même qu’ils se nourrissent de fruits.

Contrairement ce que l’on croit souvent, le dingo aboie, mais uniquement lorsqu’il se sent menacé, et son aboiement ressemble plutôt à un éternuement bruyant. Ils n’ont pratiquement aucun prédateur naturel.

Les dingos sont souvent vus seuls, mais ils se regroupent régulièrement avec le reste de leur « meute », avec laquelle ils vivent en permanence durant la saison des amours. Cette meute compte généralement entre 3 et 12 membres (le couple dominant, sa portée et parfois la portée de l’année précédente). Ils vivent sur un territoire délimité, et une intrusion est le plus souvent punie de mort.

Les femelles dingos donnent naissance à de larges portées qui atteignent souvent 8 chiots. Les Aborigènes prévoyaient des périodes de sécheresse lorsque les portées étaient particulièrement nombreuses (avec le climat difficile, une plus grande portée permettaient un plus grand nombre de survivants).

Les dingos, féroces mangeurs d’hommes ?

Comme son cousin le loup en France, le dingo fait peur. De fait, ils peuvent se montrer agressifs si ils manquent de nourriture. Les plus jeunes peuvent aussi attaquer en voulant en fait jouer. Les attaques dépendent avant tout du comportement humain. Deux attaques ayant conduit à des décès ont été reportées : une petite fille de 9 semaines en 1980 (Azaria Chamberlain, dont l’histoire a eu de nombreux rebondissements et été fortement médiatisée), et un petit garçon de 9 ans en 2001.

Mais les dingos sont en réalité plutôt peureux et s’approchent peu des habitations humaines. Ils sont détestés des éleveurs de moutons (une « dingo fence » fut construite à la fin du XIXe siècle pour protéger les troupeaux) mais les dingos préfèreront s’attaquer à des habitations sauvages. Les Européens les voyaient comme des animaux lâches, mesquins et presque diaboliques. Depuis les années 1960s, le terme de « dingo » désigne une personne lâche et malhonnête.

5. Animaux australiens

– La grenouille verte : La grenouille verte arboricole, ou rainette de White, est une grenouille australienne qui peut vivre sur la terre comme dans l’eau. Elles sont généralement présentes dans des forêts humides et tropicales, ou près des marais.

Grenouille verte animaux australie

– Le diable de tasmanie : Le diable de Tasmanie est le plus grand carnivore marsupial. Il a une mâchoire très puissante et de grandes dents conçues pour croquer des os d’animaux et des carcasses. On ne les trouve en liberté qu’en Tasmanie, état dont ils sont également le symbole officiel.

Diable de tasmanie

– Le cygne noir : Le cygne noir est le symbole de l’état d’Australie Occidentale et est généralement présent sur les secteurs du sud-est et du sud-ouest du pays.

Cygne noir

Kootaboora : Un martin-chasseur géant est un oiseau, généralement blanc, brun et noir , avec un peu de bleu sur les ailes. Il est connu pour son cri distinctif, qui ressemble au rire humain. Il est si célèbre parmi la faune et la flore australienne qu’il a même sa propre chanson pour enfant.

kookaburra

Le wombat : Un wombat est un animal à poil, à peu près de la taille d’un porc moyen, qui vit dans des terriers dans le bush et dans des secteurs forestiers. Ils dorment généralement pendant la journée et se réveillent le soir pour chercher de la nourriture et des arbustes.

wombat animaux australie

Emeu : La présence de l’émeu sur le blason australien et sur la pièce de monnaie de 50 cents est une des caractéristiques de ce grand coureur. Ces animaux fascinent par leur vitesse de course, mais aussi parce que c’est le mâle qui protège les oeufs et les oisillons pendant les six premiers mois de leur vie.

Emeu

Echnidé : Un echidné est un type de mammifère qui pond des œufs. Ils sont couverts d’épines aiguisées. Ils ont un museau long et mince qu’ils utilisent pour trouver des insectes et d’autres petites créatures. Ils sont représentés sur la pièce de monnaie de 5 cents australienne.

echnidé animaux australie

Cacatoès : Le cacatoès soufré est un bel oiseau originaire de l’Australie. Sa population est répartie dans tout le pays. Ils peuvent imiter la voix humaine, et ont un cri perçant que l’on entend souvent le matin ou le soir.

Cacatoes

Wallabies : Les wallabies sont des cousins plus petits du kangourous. Il en existe de nombreuses variétés. Comme les kangourous, ce sont des marsupiaux, ce qui signifie que leurs petits vivent dans la poche de leur mère. Ce sont aussi des herbivores qui se nourrissent principalement d’herbes et de pousses.

Wallaby

Crocodile : Les crocodiles sont une espèce protégée en Australie, du fait de leur singularité et de la diminution de leur nombre du fait de la chasse et de la destruction de leur habitat naturel. Aujourd’hui, il en existe deux espèces principales: le crocodile d’eau de mer et le crocodile d’eau douce. Malgré le fait qu’ils soient tous deux des prédateurs carnivores, des différences existent entre les deux espèces, notamment en ce qui concerne leur alimentation et leur habitat.

Crocodile

Ornithorynque : Les ornithorynques sont une icône de la faune australienne. C’est l’un des rares mammifères qui pond des oeufs – ce type d’animal est connu sous le nom de “monotrème”. Ils possèdent un petit corps poilu, une queue large qui les aide à nager, un bec similaire à celui du canard, et des pieds et mains palmés. Comme ils sont nocturnes et très timides, il est difficile de les repérer dans la nature. Ils sont représentés sur la pièce de 20 cents australienne.

Ornithorynque animaux australie

Opposum : L’oppossum est un petit marsupial australien, que l’on trouve aussi bien dans le bush que dans les banlieues, où ils sont généralement considérés comme des nuisibles du fait de leur cri déplaisant, de leur alimentation à base de fleurs et de fruits, et des nids qu’ils construisent dans les toits. Cependant, ils appartiennent au patrimoine naturel australien et sont protégés en tant que tels. Certaines espèces d’oppossum se sont bien adaptées au milieu urbain, tandis que d’autres ont du mal à survivre à la perte de leurs habitat et nourriture naturels.

oppossum

Vous pourriez également être intéressé par :

L’art aborigène
Les lieux incontournables en Australie
Vie quotidienne en Australie